jeudi 14 avril 2016

Les Écluses du temps, Guillaume Kosmowski (par Hedera)


Le coin bibliographique
Titre : Les Écluses du temps
Auteur : Guillaume Kosmowski (http://guillaumekosmowski.wix.com/auteur-editeur)
Édition : publié grâce à Bookelis (http://www.bookelis.com/), édition papier ou ebook.
Pages : environ une centaine selon les paramètres de votre liseuse
Genre : thriller, dystopie.
Comment nous avons eu le livre : l'auteur nous l'a proposé à chroniquer ! Merci à lui !



Résumé :
Après une attaque terroriste sur une centrale nucléaire, plusieurs personnages vont tenter de survivre à la catastrophe, chacun à leur manière.

J’ai aimé :
— L’histoire est prenante, on se surprend à vouloir savoir quelle sera la fin, quel nouveau personnage va apparaître, etc. Je l’ai lu très vite (et j’ai même failli rater mon arrêt de tram !).
— La construction (un chapitre = un nouveau personnage connecté avec le précédent) est super efficace et entretient bien le suspense. De même, j’ai trouvé que l’idée de rappeler très fréquemment l’heure qu’il est donne beaucoup de rythme au déroulement des évènements, qui s’espacent au fur et à mesure.
— L’auteur maîtrise bien son sujet (du moins, selon mes maigres connaissances qui ne dépassent pas les cours de physique de Terminale) ; le message (qui est, vous l’auriez compris, une opposition au nucléaire) est bien amené sans trop sortir les gros sabots !
— L’e-book est propre, bien fichu, la mise en page numérique est bien faite… Rien à redire sur ce côté là !
— Les petites références que l’auteur glisse çà et là (par exemple, un des persos se retrouve seul sur la route avec sa fille… Et pense automatiquement à La Route, de Cormac McCarthy ! Et les fans de Fred Vargas souriront en découvrant le nom de famille de Francis ^^).

J’ai moins aimé :
— Quelques erreurs mineures en orthographe/grammaire (une tasse du café au lieu de de café, par exemple), mais globalement on voit que le livre a été lu, relu et rerelu !
— J’ai regretté le style un peu générique, mais il faut reconnaître que cela convient au genre et à l’histoire.
— Globalement, vu que le sujet est un peu obscur, l’auteur doit donner des précisions… Et donc, fatalement, cela donne lieu à quelques passages « encyclopédie » qui ne sont pas toujours rigolos à lire, surtout quand on a envie de savoir ce qui va se passer !
— Je suis assez partagée sur la fin (spoiler ! = j’ai été déçue que ça se finisse par la mort du dernier perso, sans enjeux particuliers, et j’ai trouvé que c’était assez classique de faire une boucle temporelle pour revenir au début… MAIS j’ai trouvé, après réflexion, que ça convenait bien au message du livre de ne pas donner d’espoir, ni de clés pour rétablir la situation…). Heureusement la postface est assez éclairante et vient, globalement, corriger l’impression de flou que j’ai ressenti à la fin de ma lecture.

En gros :

Une bonne surprise ! Moi qui ne suis pas fan de ce genre de lecture, je m’avoue convaincue. L’histoire se déroule de manière fluide, le message écologique est vraiment intéressant et l’intrigue, qui bascule doucement du thriller jusque dans la dystopie, m’ont évoqué Le Monde enfin de Jean-Pierre Andrevon, sans la démesure qui m’avait déplu dans ce livre sus-cité. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire