dimanche 31 mars 2013

Le contrat Auteur-Béta-lecteur

Je l'ai fait en fonction de mon expérience d'auteure et de béta-lectrice. La base évidemment, c'est de travailler dans le respect les uns des autres. Mais parfois les auteurs ou les bétas ont des petites actions malheureuses qui peuvent gêner l'autre partie, donc voilà, à mon avis, les points essentiels à respecter :


Auteur,

Tu donneras une œuvre originale dont tu es l'auteur et tu protégeras ton manuscrit.

Tu auras corrigé un maximum de fautes, d'incohérences, d'éléments de styles... avant d'appeler ton
béta-lecteur.

Tu seras respectueux de ton béta-lecteur quelque soit son avis (béta lecteur vient du grec béta, B, la deuxième lettre de l'alphabet, ce n'est pas le synonyme d'idiot).


Tu n’exploiteras point ton béta-lecteur.


Tu remercieras les bons bétas-lecteurs (à la fin de ton livre par exemple, par un petit cadeau ou par un simple merci !)


Lecteur,

Tu es tenu au silence quant à ce que tu as pu lire. Tu n'iras point crier comment était le manuscrit lorsque tu l’as corrigé, tu ne nuiras point à l’auteur en dévoilant au public ses difficultés, et même si tu penses que ce livre est génial grâce à ta merveilleuse correction, tu resteras discret et garderas cela pour toi, sans te mettre en avant au dépend de l'auteur.

Tu ne plagieras point.

Tu donneras des nouvelles au moins une fois par mois.

Tu n'abandonneras point au dernier moment – et avant d’abandonner tu préviendras l’auteur.

Tu tiendras tes délais – tu les donneras donc en connaissance de tes capacités et de ton emploi du temps.

vendredi 29 mars 2013

Selena Rosa, Westley D. Norman, deuxième essai !


La chronique en dix points :
J’avais déjà écrit une chronique de Selena Rosa, sur un coup de sang, parce que j’étais vraiment énervée en finissant le livre. Et je trouve que c’était vraiment pas sympa de ma part d’avoir écrit une chronique aussi… violente ^^ Donc, j’ai mis HL l’article jusqu’à ce que je pense pouvoir réécrire cette chronique de manière plus posée et moins agressive. Alors c’est parti, deuxième test ! J’en profite pour tester mon idée de la chronique en dix points (de dix lignes maximum par thème).

Genre et thème : love story, sorcière, aventure, vampire, bit-lit, Magie

L’auteur : Nous avons essayé de parler, mais on ne s’est pas entendu.

Avis général : je n’ai pas aimé ce livre.

Le style : j’ai trouvé le livre difficile à lire, à cause d’un style auquel je n'ai pas du tout accroché (surtout à cause d’adjectifs trop présents et de phrases tournées de manière trop grandiloquente). Certains passages m’ont paru beaucoup trop longs (par exemple quand l’héroïne quitte le village de Pologne pour rejoindre ses amis vampires dans la forêt). J’aurais aimé plus de légèreté et des descriptions moins répétitives et plus imaginatives.

Les personnages : je trouve qu’ils se ressemblent tous. Et ils sont tous décrits de la même manière : beaux, sexys, séduisants… aucun ne se démarque vraiment des autres, à part Lydvack à la rigueur, qui est celui qui réfléchit le plus (sauf à la fin, il commence à fatiguer XD).  Selena, de mon point de vue, est agaçante, je crois qu’elle correspond bien à la définition d’un personnage Mary Sue (http://fr.wikipedia.org/wiki/Mary-Sue). J’aurais eu envie de m’attacher à la reine des vampires aussi, mais au final je trouve qu’elle manque de profondeur : elle a parfois de très bonnes réactions, mais j’aurais aimé plus de volonté de sa part.

L’histoire : en soit, l’histoire pleine de potentiel. Une jeune femme découvre la vérité sur ses parents et décide de partir à la recherche de son vrai père, en chemin elle est embarquée dans les conflits internes à la société des vampires… Mais j’ai trouvé qu’il manquait d’un bon arrangement entre les événements  certains auraient mérité d’être plus poussés et d’autres sont répétitifs. Le gros point noir, pour moi, est surtout que lorsque Selena a un problème, la solution lui tombe toujours du ciel. Du coup, ça manque vraiment de défi à surmonter. Certaines scènes n’étaient vraiment pas logiques en elles-mêmes ou dans leur enchaînement (actions des personnages ou descriptions), à mon avis.

Les points faibles :
=> Des irrégularités dans les corrections (par exemple il y a la moitié des incises avec des majuscules et pas l’autre).
=> Des incohérences parfois assez importantes (un exemple : tous les personnages parlent la même langue et se comprennent sans difficulté alors qu’ils viennent de pays différents !).

Les points forts :
=>  De bonnes idées de départ.
=>  La couverture est aguicheuse et vendeuse (même si pour moi un peu trop kitch)

En bref :
Je n'ai pas aimé ce livre... mais il semble que je sois la seule de toute la blogo alors ... XD

Donc selon ce que vous cherchez, à lire ou pas :D


La femme sans peur, Jean-Philippe Touzeau

Oui, j'avais parlé d'Alexis, d'Angélus... mais non ce n'est pas ça :D comme je l'avais dit, ce début d'année 2013 s'annonce avec pleins de projets : correction du tome 2 de ma série "l'Empereur", mémoire à rédiger et je suis en train de monter un autre projet d'écriture, en rapport avec l'architecture, qui j'espère fonctionnera et deviendra (une partie de) mon métier plus tard !
J'ai donc du prendre des décisions, établir des priorités : je garde mon pari de publier ici un article par mois, mais j'ai beaucoup moins le temps de lire donc ce sera sûrement que des conseils d'écrivains.
Autre décision : pour mon bien personnel, je ferais désormais des chroniques plus courtes ("Chroniques éclairs" ou "Chronique en dix points"), mais toujours en essayant de garder ce point de vue (auto)"éditeur".




Lorsque j’ai commencé, je me suis dit « Oh non ! J’aime pas ce genre d’histoire ». Le récit commence dans un bar où Trinity essaye d'oublier les erreurs de sa vie en noyant ses souvenirs dans un Boli-Stoli, et vraiment j'ai du mal avec les histoires "dans le monde réel" (sauf quand elles sont franchement et directement fantastiques comme TW, La Guerre des Eléments...). Mais j’ai continué à lire parce que j’avais aimé les nouvelles de cet auteur, et avant de m’en rendre compte j’avais fini ! J’étais complètement intriguée par Trinity et les mystérieuses pilules anti-peur que lui avait offert un inconnu, compagnon de boisson pour un soir !
Les sentiments et le comportement féminin décrits le sont avec justesse : ce n’est ni trop cliché, ni trop incomplet (pour tout ce qui est de la toilette et des soins de corps par exemple :  c’était juste ce qu’il faut pour faire de Trinity une femme coquette mais pas artificielle).
J’ai trouvé les personnages intéressants aussi, ils ont chacun leurs petites particularités. Trinity pose des questions vraiment intéressantes sur le courage et  qu'est-ce que prendre sa vie en main ? (bien sûr en tant qu’étudiante ça m’a particulièrement touchée ^^).
La fin est très bien amenée. Je ne m’y attendais pas du tout, mais alors pas du tout ! J’ai commencé à penser qu’elle était schyzophrène, ou qu’elle avait des hallucinations, que les cachets étaient placebo et qu’elle avait tout imaginé… mais il y avait ce barman dont on dit bien qu’il voit deux personnes et de même l’escargot parle bien de deux personnes…
En parlant d’escargot, j’ai trouvé les précisions apportées à leur sujet bienvenues : instructives sans faire encyclopédie.
Enfin, il y a un évènement que je n’ai pas compris : à un moment, quelqu’un entre dans la chambre de Trinity pendant la nuit, avec une lampe torche, ce qui fait que Speedy se blesse. Je n’ai pas compris à quoi servait cette scène ? qui entre ? pour faire quoi ? (j'ai peut-être sauté une page ^^)

Voilà ! Cette lecture qui m’a donnée envie de me replonger dans des romans « qui se passent dans le monde réel ». L’écriture est agréable, fluide, et l’histoire intrigue. J’aurais vraiment (mais est-ce le tome deux ?) aimer savoir la suite : que devient Trinity sans les pilules ? Comment évolue ses relations ?

N'hésitez pas à vous procurer ce roman :) !

mercredi 27 mars 2013

Dictionnaire

J'ai beaucoup de retard dans mon programme, je sais, je sais... je suis vraiment désolée ! Je ne sais pas si ça vous consolera, mais c'est parce qu'il m'arrive pleins de choses biens :)

Comme je pense quand même à vous, voilà quelques mots que j'utilise souvent dans mes commentaires/blablatages et dont on me demande souvent la signification :


Emphase : mettre de l’emphase à quelque chose, c’est lui donner de la force, de l’importance. Le mettre en avant. http://www.cnrtl.fr/definition/emphase

Ellipse (temporelle) : une ellipse temporelle c’est un trou dans la continuité du récit.
Un exemple :
« La bataille faisait rage. Achille se battait comme un diable, coupant bras, jambes et tapant dans tout ce qui bougeait. C’était horrible. Les cris, le sang…
(ellipse)
Trois jours plus tard, Achille se réveilla en sueur dans son lit. »

Prolepse : c’est un « anachronisme par anticipation », http://www.cnrtl.fr/definition/prolepse
Je vous laisse essayer de comprendre.
Mais en gros (pour moi) c’est quand dans le récit vous vous projetez dans le futur : « Machin imaginea sa maison lorsqu’il serait riche, et son chien chihuahua et sa femme blonde platine… » ou bien « le jour de la victoire serait tellement agréable qu’ils fêteraient cela toute la nuit »

Analepse : c’est l’inverse de la prolepse, on va dans le passé. Un flashback quoi !
« Il se souvint de… »

Incise (des dialogues) : ce sont les petites phrases qui ponctuent les dialogues pour décrire la manière de parler des interlocuteurs. « dit-il », « répondit-il » etc… LA REGLE : PAS DE MAJUSCULE AUX INCISES

Burlesque : du comique moqueur et largement exagéré. http://www.cnrtl.fr/definition/burlesque


Mélioratif : qui a une connotation favorable, met à son avantage.

Grandiloquent : qui s'exprime de manière pompeuse, emphatique.