lundi 24 décembre 2012

Joyeux Noël !!

Un joyeux Noël à tous ! Merci aux auteurs qui m'ont confié leurs livres,
 à ceux qui ont répondu à mes chroniques 
(ça me permet d'avancer et de m'améliorer, j'ai appris des tas de choses grâce à eux) 
et à mes rares mais fidèles lecteurs !!

Pour rappel, ce site est un projet qui a commencé en août 2012 suite à la lecture de deux livres autopubliés : Selena Rosa, de W.D. Norman et Alexis, de Christelle Verhoest (les deux ensuite publié par l'association des Editions Valentina). Encouragée par les auteurs des livres que j'ai chroniqués ou bien par mes lecteurs, qui se sont penchés sur les livres dont les chroniques leur plaisaient, je compte poursuivre cette expérience sur 2013 ! Et oui, vous ne vous débarrasserez pas de moi comme ça ! ^^
L'année qui vient s'annonce donc pleins de nouveaux livres et de conseils croustillants !

Rappel du fonctionnement du blog :
Trois catégories : conseils d'apprentis (ça parle tout seul), lectures (chroniques des livres autopubliés lus), actus (ça me semble clair...)

Rappel des Conseils d'apprentis :
Interview de lecteur : Flora Delalande
Faire sa pub 1   2    3 


Rappel des auteurs chroniqués cette année :


Christelle Verhoest
Les Chroniques d'un Arc'Helar  1 : Alexis
Les Chroniques d'un Arc'Helar 2 : Côté Sombre


MIA 

Perrine Rousselot

Etienne Bar

jeudi 20 décembre 2012

Face aux démons, Etienne Bar




 Résumé officiel :
 (en le cherchant je suis tombée sur un film du même nom...)
Fronin est un guérisseur paisible au sein de la Confrérie des Edrulains. Mais il se dévoue plus à son art qu’à son épouse…
La politique edrulaine le jette dans un conflit entre Borênans arriérés, menés par un seigneur de guerre ambitieux, et Verougues brutaux et impérialistes.
Happé de batailles en trahisons, Fronin retrouve Néalanne, son premier amour, peut-être pour se perdre à jamais. Il doit prendre ses propres décisions ou rester la marionnette de conflits qui le dépassent… et de ses propres démons.

Comment je l’ai eu entre les mains (c'est une histoire un peu abracadabrante) :
Et bien une amie m’a parlé d’un de ses amis qui cherchait un stage dans une maison d’édition et qui avait trouvé ce site sur internet : www.libreterre.fr. Ni une ni deux et n’écoutant que mon courage j’envoie un mail à l’instigateur d’un tel projet (qui ne pouvait que me plaire ! ^^) et lui propose mon aide pour la béta-lecture et les corrections de futurs manuscrits. S’ensuit un échange de quelques mails et une bonne entente qui se conclut par la chose la plus naturelle que deux « éditeurs » puissent faire afin de juger du travail l’un de l’autre : s’échanger leur livre ! Enjan a donc pris son cheval pour voyager du côté de Rennes, tandis que Fronin de Lyr et de nombreux autres arrivaient à Nantes.

Genre et thèmes : héroïc fantasy, magie, démons, politique, complots, aventures...

L’auteur : cf au dessus. 


J’ai énormément aimé ce livre (s’il fallait résumer mon avis) et c’est le plus abouti de tous les livres auto-publiés que j’ai pu lire cette année.

L’histoire donc : le livre est plutôt gros mais on n’a pas le temps de s’ennuyer. L’histoire commence de manière directe, on découvre rapidement les personnages principaux et on est tout de suite happé dans le récit de leurs aventures. Le rythme est régulier, sans vraiment de surprises (pour moi en tout cas - qui avais par exemple compris d’où venait le talent exceptionnel de Fronin au troisième chapitre...), sauf vers la fin où le procès puis la bataille finale sont captivants et où je me suis vraiment demandé qui allait mourir ou pas. Dans le reste du récit on alterne action/temps de pause, ce qui plaira à ceux qui militent pour que les héros aient aussi droit à des vacances.
On suit un bout de vie des héros, on sent une grande et épaisse histoire derrière, des histoires d’emprisonnement, de complots, certains sont exclus des rangs de leur communauté, en exil etc… et nous voilà soudain plongés dans ces flots plutôt agités ! On découvre alors de nouveaux complots, des guerres se font, des actions d’éclats sont à accomplir. Si j’ai bien suivi, l’histoire se base sur l’univers d’un jeu de rôle (mais elle n’a pas été jouée elle-même dans le cadre d'une partie) et on le sent dans le rythme particulier que cela crée dans le récit. C’est plutôt intéressant et le fait d’avoir réussi à mêler plusieurs intrigues à la fois (les combats des personnages pour leur guilde, leur quête personnelle et notamment de croiser de temps en temps un démon pour faire avancer Fronin) évite avec brio un récit trop droit qui aurait pu devenir lassant sur ce type d’histoire. (exemple : Harry Potter est droit : toute action est faite pour arriver à la fin, ici on a une ligne droite, mais avec autour des sinusoïdes qui parlent d’évènements secondaires moins importants ou qui créent des mini-intrigues dans l’intrigue principale).

Le style : le vocabulaire soutenu est bien utilisé pour qu’on sente la « culture » des personnages sans pour autant que cela soit lourd. Il y a un humour léger et bienvenu.
Le choix de narration est plutôt original : il est identique à celui de la Horde du Contrevent, « tu vois quoi » dirait A. Damasio... Chaque chapitre est divisé en plusieurs parties, chaque partie est narrée par un personnage différent, à la première personne ! Au début, c’est un peu déroutant. Mais ça marche plutôt bien et c’est très bien utilisé (le "cours" à venir est là-dessus en plus !) : parfois cela permet de dévoiler des éléments de l’intrigue ou d’expliquer des faits passés/à venir. Le seul bémol, c’est que s’il y a quelques différences entre la manière de s’exprimer de chaque personnage, elles ne sont pas toujours extrêmement perceptibles comparé (par exemple) à la Horde du Contrevent. Cependant, tous les personnages sont à peu près du même acabit : de grands maîtres magiciens ou guerriers, plutôt bien éduqués. Donc ce n’est pas gênant.
Le petit plus par rapport à la Horde par contre, c’est d’avoir des quidams de passage qui racontent pendant un paragraphe l’histoire. Comme je milite pour que les sujets des prophéties ne soient pas les héros des livres (Ô grand Maître Perrine…), je milite pour que les personnages secondaires voire inutiles soient tous des héros en fait et je rêve souvent de suivre le point de vue d’un ennemi qui va se faire tuer dans une bataille dès le début du livre… (et là vous comprenez que c’est un rêve parce que si le héros est finalement un soldat inutile de l’armée adverse du camps des gentils, qui meurt dès le début, alors 1) il n’y a plus de livre 2) il serait inutile aussi (le livre) 3) s’il meurt au début et que du coup son histoire s’arrête, alors c’est la fin du livre et pas le début…. Je m’égare).

Les personnages :
Les personnages sont nombreux. Très nombreux. Parfois même un peu trop ^^’. Malgré mon entraînement intensif sur le Seigneur des Anneaux, le Silmarillon et mes propres récits, j’ai eu du mal à me souvenir de tous les noms. Le nom du héros, Fronin, reste assez bien, mais après par exemple se souvenir du nom de ses amis et qui ils sont exactement (quelle espèce, quel rôle – guerrier, magicien, soigneur…) n’est pas donné. Je me suis rendue compte à la fin qu’il y avait une liste de personnages en annexe dans le livre… je n’ai plus qu’à le relire !

Les personnages sinon sont bien construits, comme je l’ai dit on sent tout le passé qu’ils ont derrière eux et cela aide à les étoffer directement. J’apprécie le caractère du héros (Fronin), plutôt calme et indolent, qui sait se montrer têtu et parfois on a envie de lui secouer les puces en lui disant « Mais allez ! Bouge-toi, fais quelque chose ! Ne reste pas à te morfondre et attendre ! » (cependant j’avoue qu’il n’a pas beaucoup d’autres choix). Un personnage simple, sympathique, au grand don ( ?) et aux grands défauts ! Il y a d’autres personnages amusants : les amis de Fronin en général, surtout lorsqu’ils ont bu. Et Lonel, l’Elfe qui l’accompagne souvent, est discret dans l’histoire mais sa présence est plutôt forte de par sa relation de confiance avec le soigneur (Fronin). Il y a un peu de tout : on trouve aussi des femmes jalouses (qui me font peur personnellement) et des amoureuses vraiment courageuses (pour attendre quatre ans que l’homme qu’elles aiment viennent les retrouver), il y a des personnages hautains, colériques, bagarreurs… bref un beau panel. Je donne la palme d’or du meilleur personnage à Elianelle qui a pour pouvoir de ressentir les émotions des gens et faire partager les siennes… et qui sait très bien s’en servir pour utiliser ses amis comme ses ennemis ! Manipulatrice au possible, ce personnage, dès qu’elle ouvre la bouche on sait que de toute façon elle a déjà gagné… sauf à la fin, qui est vraiment amusante !

Les relations entre les personnages sont aussi très bien faites et très intéressantes. Dans le livre, plusieurs populations s’affrontent (le peuple de Borêne, les Verlandais, les gens de Verrou, les sangrelins, etc… et les Edrulains, une sorte de confrérie de mages et combattants qui viennent de tous les horizons et se rassemblent sous une même bannière pour défendre l’île de Libreterre, qui les abrite, et des valeurs communes. Fronin et cie sont Edrulains) et l’évolution des relations entre les différents personnages, en fonction de leur île d’origine et du cours de la politique est compliqué à souhait ! Un jour untel est l’ennemi, le lendemain c’est votre allié même si vous ne l’aimez pas… ou bien par exemple : 
Néalanne (une amie de Fronin ) est otage chez untel, afin de protéger le pacte de non agression qu’il a fait avec les Edrulains, dont c’est un allié, mais puisqu’il a des otages c’est plus un ennemi non ? Sauf que c’est lui qui a sauvé Fronin de la mort lorsque celui-ci était petit… donc en fait c’est un ennemi mais c’est l’ami de Fronin… 
voilà, vous avez une petite idée du casse-tête délicieux qui vous attend. Le truc génial, c’est qu’on comprend (pour ceux qui ne le savait pas encore) à quel point il n’y a pas les méchants d’un côté et les gentils de l’autre ! Il y a des gens biens, mauvais, traîtres qui retournent sans cesse leur chemise ou d’autres qui ne font tout que pour leur pomme dans tous les camps, dans tous les sens…
Je voudrais aussi décerner à Solban la palme du personnage le plus agaçant qui soit. Il est parfaitement détestable, surtout vers la fin (où il commence à prendre de l’importance) lors de l’accession de Fronin au rôle de maître et pendant le procès de Néalanne.

Les points forts :
Un univers vraiment complet et construit, tant au niveau de la richesse du monde (cartographie, les différentes mœurs, les différentes races, l’histoire qui précède le récit etc…) que des règles de bases (comment se comprendre quand on parle différentes langues ? les limites des pouvoirs magiques de chacun etc… par exemple l’idée qu’un magicien puisse subir à tout moment un retour de pouvoir est vraiment bien car cela signifie que subitement il est capable de se retrouver hors service). On sent vraiment l’univers d’un jeu de rôle : il y a tout pour avoir des aventures et tout pour pouvoir s’en sortir (ou pas…), ça donne une certaine texture à l’histoire qui est ma foi fort particulière et agréable. C’est un récit que je qualifierais d’ouvert : on sent bien que des aventures racontées peuvent en découler des dizaines d’autres. Je trouve ce genre de dispositions intelligentes car elles permettent au lecteur de laisser encore plus libre cours à son imagination.

L’histoire est bien menée, les personnages sont riches de par leurs idées et différents caractères… (j’écris cette chronique dans le train et je sens que je vais être malade… et ça n’a pas raté ==’ la première classe en fait c’est vraiment désagréable ! bon on OSEF de ma vie…).

La mise en page est parfaite, agréable à l’œil, facile à lire. La couverture est simple mais efficace, elle change des couvertures des livres du même genre qui sont de nos jours (je trouve) trop chargées. (Peut-être cependant ici que l’illustration n’est pas très explicite vis-à-vis du titre ou même de l’histoire).

Je n’ai vraiment rien à dire en fait : le livre est un point fort à lui tout seul ! C’est très complet, cohérent, ça marche très bien tant au niveau de l’histoire que des personnages, et l’écriture est agréable.

Les dialogues ! Que n’allais-je les oublier ! Et bien les dialogues sont… j’aurais du mal à trouver un mot pour résumer. Très efficaces. En fait, il n’y a aucune incise, ce qui donne :
     balbalbla
     blablabla
     blablab
     blablabl
     blalablabla
comme un pièce de théâtre (ou un jeu de rôle ^^). C’est plus que déroutant au début et parfois tout de même on se demande qui parle. Mais sinon ça donne du vif, de l’énergie aux scènes, ajoutons à cela quelques répliques bien trouvées et la sauce est exquise ! Je suis fan ! (mais quelques indications seraient bien parfois tout de même).

Je viens aussi de découvrir la devise du dieu Lokar et je me dois de l’approuver (« Soyez libres et heureux sans jamais empêcher les autres de l’être »).

Puisque je ne pourrais pas plus chanter les louanges de ce livre sans être redondante je fais un petit détour financier : 15 € pour 500 pages d’une telle qualité c’est un joli prix (même 19€, si on compte les frais de port, c’est un bon prix ^^)! A votre place (lecteurs en attente de lire ce livre) je n’attendrais pas ! (notons en plus que, tellement émue par la qualité générale de mise en page et de l’histoire, j’ai utilisé des post-its pour noter mes commentaires sur les pages au lieu de le faire directement entre les lignes… c’est dire, c’est dire !). Vous pouvez aussi vous procurer le livre en e-book pour 6.99€.

La compliquitude (je sais qu’on dit complexité normalement, mais là c’est un néologisme pour parler d’une complexité positive : je trouve que le mot complexité à une connotation trop forte dans le négatif, on sent tout de suite une difficulté) du livre dans son intrigue, les relations entre différents peuples etc… le lecteur doit vraiment s’investir dans sa lecture et réfléchir, c’est très bien et vivifiant !

Les points faibles : 
Un peu trop de personnages et quelques incises manquantes dans les dialogues.

Puisse qu’il faut me creuser la tête pour ajouter quelque chose je vais faire ma capricieuse : je voudrais aussi une frise chronologique des actions antérieures au récit dans les annexes (qui était prisonnier où et quand, s’est battu où et avec qui…) ainsi qu’un exposé simple (un diagramme ?) de qui est allié (ou pas) avec qui au début de l’histoire. Aussi peut-être une encyclopédie des différentes races existantes et leurs particularités (ça doit être sur le blog, mais tout lecteur ne peut accéder au blog ^^).

Il y a tout un chapitre sur Néalanne donnant naissance à son enfant-dragon qui est (comme le reste) bien écrit et révélateur de beaucoup de choses sur les Folandes etc… que pourtant je trouve légèrement en trop. D’abord parce que ça oblige à un retour en arrière (et que c’est déjà assez compliqué de suivre l’histoire de manière chronologique ^^), ensuite parce que ça n’apporte pas grand-chose à l’intrigue en elle-même. Enfin parce qu’à ce moment du récit on aimerait savoir la suite des aventures des autres personnages et qu’on ne comprend pas ce que vient faire cette jeune femme ici ^^ ! Enfin ça n’engage que moi, un autre lecteur pourrait penser tout autre chose.

Les explications à la fin… soit j’ai lu le livre pas assez vite, soit il faut vraiment être fanatique et se souvenir du moindre détail pour les comprendre dans toute leur finesse (mais ne vous inquiétez pas lecteur à la mémoire courte, ça se comprend quand même très bien). Par exemple, on nous annonce que la mort d’Eline aurait pu servir à amorcer un plan à plus grande échelle… fort bien mais personnellement je ne me souvenais plus qui était Eline, je ne savais même pas/plus qu’elle était morte (voire qu’elle avait existé) le problème d’avoir pleins de personnages je pense (petite théorie littéraire en réflexion), c’est que le lecteur est obligé d’établir lui-même sa propre hiérarchie qui sera (ex sur le Seigneur des Anneaux) : les héros et leurs ennemis (Frodon, Argorn, Sauron)/les amis des héros et les complices des méchants (Legolas, Gimli, Gandalf, Sam, Saruman, Nazguls)/personnages secondaires appréciés (Pippin, Elladan, Faramir). Autrement dit Eline, morte en mission je pense au début du livre, inconnue de moi, s’est complètement évaporée de mon esprit durant le livre, pour que je puisse réussir à me souvenir de choses plus importantes dans l’immédiat (ex : Ah oui, là Fronin est sur un bateau, fait semblant d’être sous les ordres d’un de ses anciens protecteurs qui est allié en secret avec sa confrérie mais ses hommes doivent pas le savoir car ils n’aiment pas la magie, c’est pour ça que les dragons et les mages font du brouillard… donc Fronin ne doit guérir personne… donc… donc… etc).
Bref, certains éléments repris pour la conclusion pourraient être mis un tout petit peu plus en avant dans le récit afin qu’on se pose moins de questions à la fin et plus au milieu (qu’on se doute que ces évènements cachent quelque chose à plus grande échelle) (je sais, c’est moi qui dit ça – j’entends déjà quelqu’une me tirer les oreilles comme quoi je ne suis pas mieux – mais que voulez-vous ! Il est toujours (trop) facile de donner des conseils ^^)

En bref :
C’est très étrange comme sensation : j’ai beaucoup apprécié ce livre, l’histoire avait de quoi me plaire dès le départ (des magiciens, des dragons et des personnages intéressants) et c’est un des meilleurs que j’ai lus cette année : sur la trame de l’histoire il n’y a rien à redire, sur l’écriture non plus et même pas sur la mise en page ! (frustrée, Liane s’en va bouder…). En même temps, comparé par exemple aux Chroniques d’un Arch’elar ou à la Guerre des Eléments, si j’étais aussi captivée par le récit, j’ai beaucoup moins été surprise par l’intrigue (mais c’est peut-être aussi que j’ai tellement lu ce genre de livre qu’il faudrait vraiment un truc énorme pour me surprendre).
Enfin j’arrête de me plaindre et je conseille à tous les amoureux de jeux de rôles épiques, moyenâgeux etc… et aux lecteurs d’héroïc fantasy de lire ce livre, qui vaut bien un Lancedragon ! A LIRE donc mais au vu de sa compliquitude je le conseille surtout à un public connaisseur de ce genre de récits (et je conseil aussi de commencer l’immersion en se rendant sur le blog « Bienvenue surles Folandes » pour vous préparer à cette joyeuse noyade !)

dimanche 16 décembre 2012

J - 9 : ne pas faire de promesse...

... qu'on ne pourra pas tenir !
Un exercice très difficile, surtout lorsqu'on a un emploi du temps fait de temps potentiel (c'est à dire qui peut se révéler soudainement très vide ou très plein). C'est un énormément difficile exercice que de prévoir suffisamment de marge pour faire tout ce qu'on s'engage à faire, en laissant de la place pour des milliards d'imprévus... autant vous avouer que j'échoue encore souvent, ce qui explique qu'on passe de J-20 à J-9 dans ce calendrier de l'Avent (aven? avant?)... c'était un joli test, mais l'année prochaine je le préparerais vraiment à l'avance (on y croit...).

MAIS mis à part cet epic fail face au défi que je m'étais lancé :
- j'ai fini les nouvelles que je devais chroniquer
- j'ai fini le livre que je devais chroniquer
- les cours sont prêts...
autrement dit tous mes articles du mois sont prêts et seront postés dans les temps !!

jeudi 6 décembre 2012

-23 : survivre au salon du livre de Montreuil

Equipement de survie fortement conseillé :

-  des bouteilles d'eau de sportifs (accrochées dans le dos et embout pour siroter quand on le souhaite)
- des bouteilles d'oxygène (lorsqu'on ne boit pas)
- prévoir une tenue légère (short, t-shirt)
- prévoir des chaussures à coque renforcée
- prévoir un bouclier
- prévoir un GROS sac EN BANDOULIERE
- éviter de venir avec sa carte bleue ou son chéquier, et de préférence avec un porte-monnaie plutôt vide...
- une boussole pour orienter son plan
et c'est parti !

vendredi 16 novembre 2012

La Guerre des Eléments, Perrine Rousselot



Résumé officiel :
Je m’appelle Avril, j’ai dix-sept ans et la vie d’une adolescente normale. J’ai un petit ami qui s’appelle Mickaël et ma meilleure amie Aline est en Terminale avec moi. Chose qui pourrait paraître étrange, j’ai un animal de compagnie qui s’appelle Lux, c’est une luciole. Le jour où je découvre un monstre sous mon lit, je me précipite chez Mickaël mais y découvre un autre garçon du nom de Snow qui me vole un baiser. Qui est-il ? Et comment peut-il savoir tant de chose sur moi et mon amitié particulière avec Lux ?

Comment je l’ai eu entre les mains :
J’ai pleuré dans les bras d’une amie en lui disant « Au secours, je n’ai plus de livre auto-édité à lire (depuis trois me sont tombés dans les bras), aurais-tu une idée ?? » et elle a longtemps réfléchi puis m’a conseillé ce livre. Merci Chloé, c’était vraiment un bon choix !


Genre et thèmes : fantastique, la Lumière contre l’Obscurité, adolescence, âme-sœur, pouvoirs « magiques », élémentaires

L’auteur : vous pouvez la trouver ici : http://laguerredeselements.blogspot.fr/

L’histoire : résumé spoilerFaisons un résumé un peu plus complet pour que vous compreniez mieux la suite : Avril un jour découvre que sa luciole-libellule de compagnie est en fait un élémentaire de la Lumière (une sorte d’esprit qui lui confère des pouvoirs magiques). Son père lui révèle alors qu’il fait parti de SCISCO, une organisation chargée de régulée les relations entre les gens normaux et les gens qui se sont « éveillés » aux élémentaires. Il existe différents types d’élémentaires : les « grands » sont de la Lumière et de l’Obscur, mais on a aussi les élémentaires Eau, Terre, Vent etc… Le père d’Avril présente alors à la jeune fille Snow, un orphelin de son âge qu’ils adoptent ensuite, et qui est l’âme sœur d’Avril (c'est-à-dire qu’ils sont fait pour s’entendre). Avril et Snow en parallèle de leurs études commencent un entraînement au SCISCO pour apprendre à se défendre, car Avril serait l’objet d’une prophétie (soit disant elle rétablirait la paix dans le monde…). Et forcément ça attire les convoitises des Obscurs, qui souhaitent faire basculer Avril dans l’ombre afin qu’elle soit de leur côté. Et là on apprend que Mickaël (l’ex d’Avril) est un Obscur, c’est lui le grand méchant... ou pas ? Avril n'est pas très sûre d'elle sur ce point. Pendant ce temps Snow et Avril ont découvert que leur lien d’âme-sœur passait par un amour inconditionnel (mais qui n’exemptait pas de comportement jaloux).
S’ensuivent de nombreuses péripéties. A la fin, on découvre que Snow et Mickaël ont en commun une demi-sœur Katia (mère de Snow, père de Mickaël), qui est en fait l’enfant de la prophétie. Mickaël la kidnappe alors et c’est la grande bataille finale.

L’histoire donc : l’expression qui m’est naturellement venue à la fin de ma lecture était que j’avais des feux d’artifices dans la tête (les fans de Ratatouille verront peut-être la référence). Je ne me suis pas ennuyée une minute, j’ai beaucoup aimé le principe des élémentaires, de l’opposition entre la Lumière et l’Obscur, classique mais très bien utilisée ici. Ca pourrait être manichéen, mais grâce aux autres éléments, même s’ils sont peu présents, on sent que ça pourrait dépasser la seule lutte du Bien contre le Mal. Et puis l’héroïne oscille elle-même entre Snow (le « Bien » ) et Mickaël (le « Mal ») au niveau des sentiments, elle va même étonnamment loin sur le chemin de l’obscurité, au moment le plus improbable ! (ce qui est bien). On est presque convaincu avec elle qu’en fait les Obscurs ne sont pas si méchants que ça… (si on oublie qu’ils égorgent leurs petites amies dans les toilettes des salles des fêtes en pleine boom de fin d’année afin de pouvoir acquérir plus de pouvoir…). Ses sentiments à ce moment là sont très bien décrits, cette mégalomanie douce qui s’empare d’elle sans qu’elle s’en rende compte, c’est énorme ! Elle est tellement convaincue que ça fait peur (« Certes ce qu’il avait fait à Sabine était horrible mais il l’avait fait par amour pour moi… » Oo’’ moi je ne sais pas si j’accepterais une telle preuve d’amour (c’est bien Sabine qui fini égorgée dans des toilettes) mais certes… certes…)

Le style : 
 Un peu trop enfantin à mon goût au début, quelques répétitions parfois, il devient très vite agréable et accrocheur, très personnel. L’écriture est simple et le récit fluide. Le vocabulaire est commun mais son utilisation est soignée, et quelques phrases que je n’ai pas l’habitude de voir dans un livre comme « Mais quel petit con ! » (très mignonne appréciation de Snow à propos de Mickaël – si vous n’aviez pas compris qu’ils ne s’aimaient pas…) ou « Je me suis pris un gadin » font bien rire et donne au livre une ambiance, très décomplexée des habituelles recherches de langage des « grands » (ou pas) auteurs.

Au début je me suis dit « Ah (soupir) encore une narration à la première personne… ». Mais je retire mon soupir : « Ah ! Enfin une BONNE narration à la première personne ! ». Il y a beaucoup de discours rapporté, ce que j’ai trouvé déroutant au début, mais en fait c’est vraiment une bonne idée et ça marche très bien ! J’ai beaucoup aimé la justesse de son utilisation (justesse, parce que dans « L’absolue perfection du crime » il n’y a QUE du discours rapporté et nom de Zeus que c’est louuurd – à mon avis en tout cas). Donc un très bon choix de point de vue.

Flash spécial mise en page-conseils :
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH * s’arrache les cheveux* des majuscules aux incises dans les dialogues…. Moi je trouve ça horriblement moche, moche, moche, moche mais alors vraiment moche ^^ Bon, là je pardonne, parce qu’il y en a (presque) partout, au moins c’est constant (par exemple dans Selena Rosa, on ne pardonne pas). Moi (mais ça n’engage que moi) je vote pour des incises sans majuscule :
« Blablbal, dit bidule.
Blbibilili !! répondit-il. »
Autre petit point : les tirets utilisés devant les dialogues sont de simples - et ça m’a beaucoup perturbée, je me suis habituée aux cadratins (—) ou semi-cadratins.
Il y a aussi les tabulations : je pense qu’une tabulation plus petite (moitié plus petite) aurait été plus élégante. Il ne faut pas se fier aux tabulations par défaut de Word !!
Dernière chose : lorsque les héros parlent en russe (et oui, ils font ça !) c’est intéressant d’avoir écrit en cyrillique, par contre la mise en page n’est pas très claire je trouve :
Page 184 :
       « —  Blablablab [écriture en russe] (Dobryï dién) ! Me salua-t-il »
Je conseillerais plus :
       « — Blablabla² [écriture en russe] ! me salua-t-il »
Avec une note de bas de page pour préciser la traduction phonique et française.
(pour ceux qui connaissent peu Word : insertion => référence => note de bas de page).
Par contre j’ai beaucoup aimé le soin apporté au début de chapitre : titre à droite en milieu de page, sur les pages impaires, c’est diablement classe.
Enfin bonne nouvelle : cette mise en page ne m’a pas le moins du monde empêcher de lire le livre et de l’apprécier !


Les personnages : plutôt intéressants. On a un panel varié et pas ennuyeux du tout. L’héroïne, Avril, a ses forces et ses faiblesses et c’est vraiment agréable. Lorsqu’elle fait une bêtise ses amis lui en veulent, on la gronde, elle se rend compte qu’elle était stupide, elle pleure, elle rit, elle s’énerve pour un rien (vers la fin notamment, moi ça me faisait presque peur de la voir d’un seul coup exploser de colère – ah ces adolescents !) et c’est vraiment agréable de ne pas avoir en face de soit quelqu’un de parfait. Elle est aussi honnête, simple et pas du tout hautaine, elle manque d’ailleurs parfois de confiance en elle, mais elle reste bien dans sa peau. On a vraiment l’impression qu’il s’agit d’une fille normale, qu’on pourrait croiser dans la rue. Tout ne tombe pas du ciel dans les mains d’Avril : elle met du temps à devenir forte, à savoir maîtriser son pouvoir, à savoir se battre, à ne pas faire de plans foireux (à apprendre de ses erreurs page 201) etc… Elle aime bien la mode, ce qui renforce son côté banal, mais ce n’est pas non plus lourd dans le récit, au contraire, c’est même léger et ça aide à faire des petites pauses de voir qu’elle continue à s’intéresser à des trucs « normaux ». Page 98 « … Edna [une amie] et moi nous accoudâmes au rebord [de la piscine] pour parler chiffon » : j’ai particulièrement aimé cette phrase.
A mon avis elle est un peu trop « gamine » au début, je lui donnerais plutôt 14 ans que 17. Cela n’aide pas quand son père l’appelle « ma petite fille », mais chaque famille a ses habitudes.

Il y a une description plutôt agréable des relations entre les personnages. Je salue grandement les scènes sentimentales qui sont loin d’être guimauves, notamment en évitant l’utilisation de petits surnoms ridicules qu’on commence à trop voir dans les livres peu diffusés… (enfin Mickaël appelle Avril « mon bébé » mais là ça vire au ridicule plus qu’à la guimauve ^^). J’aime beaucoup les réactions de Snow lorsqu’il est en colère.

Evidemment si Snow a un rival dans le cœur d’Avril, il fallait un rival pour Avril dans le cœur de Snow (enfin ce n’est pas une rivale, mais Avril la voit ainsi). Ces situations alambiqués de triangulisation amoureuse sont bien faites aussi, elles ne sont pas lourdes, amusantes (et parfois terriblement frustrantes – à force nous aussi on ne sait plus qui croire !), ponctuent le récit sans le gangréner et créent des situations intéressantes (même si classiques – mais parfois le classique est le plus efficace, ne l’oublions pas !)

Les points forts : (ma théorie se vérifie : le roman croule de trucs géniaux, et j’ai eu un mal fou à les décrire, alors que pour les points faibles, c’est allé tout seul ! Peut-être qu’on sait plus facilement pourquoi on aime pas que pourquoi on apprécie quelque chose… * c’était le point philo*)
Il y a tellement de trucs bien à dire... que je sais pas par où commencer : l’histoire est entraînante, on ne s’ennuie pas (on l’aura compris), ça regorge de bonnes idées mélangées à des trucs classiques et cette tambouille fonctionne très bien, l’écriture est fraîche, il y a beaucoup d’humour dans le livre, dans la narration ou les situations (je n’ai pas compté le nombre de LOL, XD, MDR dans les marges du livre, mais ils sont nombreux ! Et j’ai bien eu deux ou trois crises de fou rire, notamment quand Snow justifie une absence au lycée par le fait qu’ils aient la mononucléose… un simple rhume aurait suffi, mais qui sait ce qu’il se passe dans nos esprits quand on improvise :D ?)

J’ai énormément adoré le fait que l’héroïne, en découvrant son pouvoir, ne parle pas de malédiction et ne cherche pas à tout faire pour s’en débarrasser ! (pour ceux qui lisent toutes mes chroniques dans le but de m’avoir, je prends les devants : dans Alexis, j’avais apprécié que Lan soit déçu de ne pas être un gars normal. Mais il ne prend pas ses nouveaux pouvoirs comme une malédiction non plus). Au contraire elle vit plutôt bien ce changement (à la fin, elle commence à souhaiter un peu de calme dans sa vie, mais là, je la comprends !), on lit même qu’elle est heureuse, cet entrain fait vraiment du bien ! Je commençais à croire que tous les héros devaient se sentir écrasés par leurs pouvoirs. Page 180 « J’éclatai de rire. Comment avais-je pu oublier que ma vie était aussi merveilleuse ? » (en t’auto-lavant la mémoire…) cette phrase à un potentiel de bonheur grandiose ^^

Point de vue d’Avril sur Snow au début : pour elle c’est un mec hautain, péteux, crâneur… et lorsqu’ils deviennent âme-sœurs, il change du tout au tout ! C’est très intéressant, parce que Snow ne change pas vraiment de personnalité pour autant, il reste le même ! Bravo pour ce petit switch de point de vue (même s’il est un peu soudain et abrupte, on regrette presque Snow-le-dragueur !).

Lorsque son père raconte à Avril toute l’histoire des élémentaires, de la guerre etc… évidemment elle se rend compte que ça fait 18 ans que son père lui cache une myriade de trucs super importants sur sa vie. Mais MERCI, MERCI de la réaction d’Avril qui ne part pas dans un délire mélo-dramatique « On m’a menti, toute ma vie n’est que mensonge ! Je suis seule et tout le monde me ment ! blablablab » (je ne cite – presque – pas Selena Rosa par exemple ^^...) Ca fait vraiment du bien une réaction NORMALE : oui, elle accuse le coup, elle met un peu de temps à l’accepter, mais ça va, le monde ne s’arrête pas de tourner ! C’est pour ce genre de réaction que j’aime beaucoup le personnage. D’ailleurs sa réaction face à son premier mort est très bien décrite aussi, juste ce qu’il faut pour qu’on y réfléchisse mais sans tomber dans le pathos lourd.

Un gros ENORME MERCI (encore ^^) pour ce magnifique fait : l’enfant de la prophétie n’est pas Avril, mais un personnage quelconque que tout le monde (pour ainsi dire) avait sous les yeux dès le début et même avant. Depuis le temps que je rêvais de voir ça, j’en écrase une larme.

J’aime beaucoup l’idée que les âmes sœurs puissent communiquer mentalement, ce n’est pas très creusé comme possibilité mais c’est bien utilisé.

La métaphore des tiroirs pour expliquer le pouvoir d’Avril est très bien trouvée, très bien exploitée, elle explique simplement son don et de manière très compréhensible. J’ai trouvé ingénieux l’idée qu’elle puisse « vider les tiroirs [de la mémoire] des autres » à son grès, mais qu’elle puisse aussi déverser ses tiroirs dans l’esprit de ses adversaires. Et le coup de l’auto-hypnose accidentelle est juste excellent ! Evidemment, dès que quelqu’un peut hypnotiser, on se demande ce qu’il se passe lorsqu’il se regarde dans un miroir… mais là je ne l’avais pas vu arriver comme ça ^^ !


Les points faibles 
Quelques incohérences parfois (mais sur des points mineurs).

Les chapitres 1/2/3 : j’ai eu un peu de mal à comprendre ce qu’il se passait : quoi l’héroïne voit un monstre sous son lit ? Mais elle a dix-sept ans non ( d’accord ça existe les gens de 17 ans et plus qui sucent toujours leur pouce et ont peur du noir, mais là on ne la connaît que depuis deux pages, donc on a pas vraiment cette image d’elle mais plus celle d’une adolescente débrouillarde) ? Bon je suppose qu’au moins on est à égalité avec elle : elle ne pige rien non plus ! Et pour la suite on est aussi perdu qu’elle : que font son père et un inconnu chez son petit ami ? oO’’ Bon, c’est l’histoire je sais, mais j’ai trouvé ce chapitre un peu court, bringuebalant : on se pose soudainement pleins de questions et les réponses ne viennent pas assez vite ou se répètent un peu. Les débuts dans les romans, c'est un des trucs les plus difficiles, et pour un premier roman il est cependant  bien mené malgré tout :)

La sécurité au SCISCO : il faudra vraiment la revoir ! On rentre chez eux comme dans un moulin, ce n’est pas très sérieux. Et d’ailleurs il n’y a pas d’alarme pour prévenir tout le monde en cas d’intrusion, ce qui serait au moins le minimum ! J’avais imaginé qu’il s’agissait d’une organisation du type MIB ou CIA du paranormal… donc pour moi la sécurité allait de paire. Mais visiblement ce n’est pas le cas.
En fait si je parle de ça, c’est que j’ai trouvé qu’il y avait plusieurs petites scènes qui se répétaient dans le roman : Mickaël est capturé plusieurs fois, s’évadent plusieurs fois, entre plusieurs fois au SCISCO « par effraction », et surtout (en fait c’est toujours Mickaël… il aime peut-être la routine ?) il menace au moins quatre ou cinq fois de tuer quelqu’un (toujours une jeune fille) en « passant son bras devant son cou et appuyant la lame d’un couteau contre sa gorge ». Personnellement, ce genre de scène j’adore (allez savoir pourquoi) : il y a toujours la probabilité que le méchant tue vraiment l’otage (j’y ai cru plusieurs fois, ce livre est vraiment bien ! j’ai eu un mal de chien fou à deviner les évènements – d’ailleurs à part le fait qu’au trois quart du livre la nouvelle amie d’Avril soit une Obscure, j’avais rien deviné) et il peut toujours se passer un truc improbable (comme lorsque le policier qui tient en joue Mickaël tire finalement sur Avril…). Bref, une fois c’est bien, deux fois ça va… on connaît la suite ^^ 

Mais en parlant de sécurité … lorsque le père d’Avril est assis dans son bureau, il fait dos à une grande baie vitrée. Gosh ! Il n’a pas peur ? ==’’ première leçon pour survivre à un poste important : ne jamais faire dos à une arrivée potentielle de danger (porte et fenêtre). Autrement dit, là, il pourrait se faire snipper et mourir sans même savoir pourquoi… Après discussion avec l'auteur, la baie donne sur une cour/coure/cours (rayer les mentions inutiles) à l'intérieur du bâtiment, donc bon... ça va ^^ 

Les élémentaires : je trouve qu’ils devraient être plus présents, à certains moments on se demande tout de même pourquoi ils ne sont pas là. Par exemple page 86 quand Avril tente de s’auto-noyer (coutume étrange de certains héros pour réfléchir), qu’attend Lux pour protester !!

L’action vers la fin : elle est toujours aussi bien, mais j’ai l’impression que ça s’essouffle un peu, ça se délite : il y a moins de narration « intermédiaire » et on passe plus vite d’une scène importante à une autre (décrit comme ça on se dit « c’est normal, c’est la fin ! » … trouvons une autre description) : en faite ça donne presque l’impression de traîner en longueur alors que c’est trop rapide… je pense qu’il y a un petit problème de rythme. Je pense que c’est aussi dû au fait que l’histoire se déroule sur un an, un an et demi, et qu’en fait, malgré les indices temporels, ce n’est pas du tout l’impression que j’ai eu (on pourrait presque dire que ça se passe sur un mois).  En fait je trouve presque qu’à la page 210 (dans l’histoire, cela correspond au moment où Avril se rend compte que finalement les Obscurs sont pas si cools, et que son père et ses amis viennent la délivrer de Mickaël) le livre aurait pu se finir, et un deuxième tome aurait pu suivre, pour prendre plus le temps d’installer la relation entre Avril et sa nouvelle amie lolita gothique, le nouveau rôle de chacun après leur BAC etc… et prendre plus de temps pour comprendre les pouvoirs de Katia et ce que la prophétie signifiait exactement (là on se demande ce que Mickaël fait à la fin : pourquoi entrer en résonnance comme ça avec Katia ? qu’est-ce que cela lui apporte ? etc…)

J’aurais aussi aimé en savoir plus sur les autres élémentaires : par exemple on apprend que Snow à le pouvoir de maîtriser l’Eau… alors on se dit qu’il doit y avoir d’autres relations de force entre les élémentaires.

La meilleure amie d’Avril finit par rentrer au SCISCO et je trouve qu’elle prend du grade un peu trop vite/trop facilement, pour une lycéenne, d’autant qu’on ne nous a jamais vanté sa splendide intelligence (qui excuserait cette rapide montée en grade). Je trouve aussi bizarre que sa première mission soit de renforcer la sécurité du SCISCO (même si c’est sûr qu’il faut le faire), elle est quand même inexpérimenté dans le domaine non ? (à moins que son père ne soit garde du corps, mais ce n’est jamais dit). En fait je trouve qu’Avril va très (trop) vite sur le terrain aussi (enfin je suis mitigée sur ce point, je ne suis pas complètement d’accord avec moi-même ^^)

Voilà, je n’ai rien trouvé de plus grave ==’ (c’est vraiment des points faibles légers ! == comme le livre était bien, j’ai dû creuser profond pour trouver)

Je viens de me souvenir d’un truc super… plus… bon ok un peu grave : la couverture. Je trouve le graphisme de l’illustration peu attirant, et l’image est complètement saturée, on a du mal à savoir quoi regarder. Du coup le titre est un peu noyé dans l’image, et c’est dommage aussi d’avoir utiliser cette police là, qui est assez classique et déjà bien connotée dans les esprits.



En bref : « Je ne me suis jamais destinée à écrire même si j'ai toujours adoré lire. C'est venu comme ça par hasard à l'éveil d'un rêve, un dimanche matin. Et je ne suis pas sûre que ça se reproduise. »
Et bien moi je remercie le dieu qui a apporté ce rêve à Perrine, et je ne serais pas contre du tout qu’il recommence ! C’est vraiment un excellent premier roman, agréable à lire et tout et tout. Bel accident et A LIRE !


lundi 12 novembre 2012

Côté Sombre, Christelle Verhoest




Une couverture toujours signée Saeko Doyle et vraiment sympa ! 
(Saeko qui a gâté les fans avec ses illustrations pour la yaoi yuri con... elles étaient vraiment belles !)

Résumé officiel :
Lan a une nouvelle vision: Alexis rompt avec lui, et s'éloigne dans une atmosphère noire et rouge. Pourquoi? Que va-t-il se passer, pour qu'ils en arrivent là, alors que leur amour est une fusion permanente?
Non seulement Lan va désormais se battre pour sa propre vie, menacée au sein même des Arc'Helar, mais il doit aussi lutter contre la pente dangereuse qui les entraîne inexorablement, lui et Alexis.
Le jeune vampire se rapproche d'un groupe de rebelles inquiétants, qui ont des choses à cacher. Il est fasciné. Lan est jaloux.
Entre nouveaux alliés, nouveaux ennemis et nouveaux pouvoirs, entre addictions et rebellions, quel chemin Lan et Alexis vont-ils choisir? Comment pourront-ils résister au côté sombre de leur nature?

Comment je l’ai eu entre les mains :

C’est la suite de Alexis, du même auteur, que j’ai déjà chroniqué ici : http://autopublies-apprentisecrivains.blogspot.fr/2012/08/alexis-christelle-verhoest.html

Genre et thème : fantastique, aventure, magie, romance entre (jeunes) hommes, vampires, un peu de Bretagne, quelques cercles et des vampires encore.


L’auteur : toujours aussi sympathique ! C’est vraiment un plaisir d’échanger avec elle !

La critique risque d’être assez courte… parce que le livre était très bien ! (ce blog marche à l’envers : plus c’est bien, moins j’écris). C’était vraiment une bonne idée de l’auteur que de quitter les Editions Valentina pour reprendre le projet sous son aile car on sent une attention beaucoup plus grande portée à la mise en page, à l’écriture et au déroulement de l’histoire, qui est très fluide et bien maîtrisé.

L’histoire : Surprenante, pour ne pas changer ! Toujours ces rebondissements inattendus qui vous surprennent, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Dans ce tome on en apprend beaucoup plus sur les Arc’Helar et aussi un peu sur les vampires, ce qui nous permet de mieux plonger dans ce monde créé par Christelle Verhoest. Il y a des séances d’entraînements aux encerclements pour jeunes Arc’Helars, et ça je trouve que c’est vraiment très très très intéressants (parce que c’est le moment de découvrir les points forts/faibles des personnages – Lan n’en a pas tant que ça d’ailleurs…) (et oui, j’avoue, je suis fan de Xmen et de leur salle des Dangers)

Le style : Comme je l’ai dit au dessus, il s’est bien amélioré depuis le tome 1 : moins de répétitions, plus de cohérences temporelles et une action toujours présente (qui ne se précipite pas à la fin ^^).

Les personnages : Toujours aussi charmants (ou pas ==’). Un nouveau personnage, Nenvel, fait son apparition et son rôle est vraiment intéressant. Au départ il y a le classique « Je t’aime Lan » pour faire entrer en scène un triangle amoureux… mais évidemment il se fait repousser. Et... pas obstiné il accepte ! (voilà qui change). Il devient du coup une sorte d’ange gardien pour Lan, et la relation qui se développe entre eux est très « fraîche ». L’évolution des sentiments de Lan face à ce personnage est d’ailleurs intéressante : d’abord il le méprise pour sa « niaiserie » mais au fur et à mesure c’est en fait un peu ce qu’il apprécie chez ce garçon (qui s’avère devoir être son second lorsque Lan prendra les rennes de son clan d’Arc’Helar, donc ça tombe bien, ouf !). Je salue d’ailleurs le fait que Lan soit juste… imbuvable ? Idiot ? Malpoli ? Grossier ? Excécrable ? Enfin bref, en pleine crise d’adolescence dans la première partie du livre. C’est vraiment frustrant (pour ma part je déteste quand les héros mettent de côté leurs principes pour se laisser aller et du coup faire des choses qu’ils regrettent), mais très bien écrit (et c’était sûrement nécessaire pour le personnage). Ça fait mal au cœur, hein, quand-même… (œillade accusatrice en direction de l’auteur).

Les points forts :
Je trouve bien l’idée que Lan devienne dépendant du sang d’Alexis, c’est très intéressant (il va falloir que je trouve un synonyme, sérieusement…) de faire de Lan un presque-paria dans son clan puisqu’il devient à moitié vampire. Du coup il y a toute la question de savoir si les autres Arc’Helar vont l’accepter ou pas, et jusqu’à quel point. Lan en développe même de nouveaux pouvoirs ! A voir comment ils seront utilisés…
La relation entre Lan et Alexis, toujours bien menée (hélas pour les cœurs sensibles des lectrices moe ?). C’est ingénieux d’avoir pensé à exploiter la relation de dépendance (au sang, mais aussi physique) de Lan envers Alexis pour le faire se séparer (ou pas) et tourner en bourrique l’un et l’autre (et les lecteurs qui fument derrière leur livre en hurlant aux persos qu’ils sont bêtes et qu’ils feraient mieux de faire la paix)
 Il y a beaucoup de séparations/réconciliations dans ce tome, ça peut être lassant, mais d’un côté chacun des héros essayent de trouver son indépendance et son équilibre (et je plains Christelle Verhoest : ça doit être difficile de gérer des ados comme ça).
Rajouter de la profondeur à la société des vampires, avec ces nouveaux « hors-clans » (proprement infectes à mon avis, comment fait Alexis pour les supporter ? ^^) est bien vu, et c’est un très bon moyen d’éloigner Alexis de Lan (c’était vraiment jouer sur sa corde sensible !). De plus cela offre des scènes très intéressantes (le bal par exemple, ou la fois où Alexis invite Lan à se joindre à eux).
Les points faibles : ? ? que fait cette catégorie ici ??? bon ok, j’ai quelques critiques négatives à faire (on ne se refait pas) :
Au début, Lan à des visions : Alexis le quitte ! Et ces visions se terminent par un fond rouge puis noir. Pendant le roman, Lan fait des recherches à ce propos, à l’aide de Nenvel (ce qui s’avère une plutôt bonne idée vu ce qu’il lui arrive lorsqu’il est dans la bibliothèque…), car il ne voit pas ce que peuvent signifier ces couleurs à la fin de ses visions. En fait, moi non plus je ne voyais pas (enfin je n’étais pas certaine, j’avais dans les bras une demi-douzaine d’hypothèses), et il n’y a pas eu d’explication dans la suite du roman… j’ai donc posé la question à l’auteur et voici la réponse « Parce que c'est juste symbolique, c'est négatif, c'est le rouge pour le sang (le sang qu'on va prendre à Alexis), le noir pour la rupture, ce sont les faits qui expliquent la vision. »
Donc retenez bien la leçon !!
Autre critique : l’enlèvement. Oui, quelqu’un se fait enlever, non ce n’est pas Lan cette fois c’est Alexis ! Il est beaucoup mieux géré que celui de Lan dans le tome 1 et c’est très intelligent d’avoir (juste à temps ^^) permis à Lan de pouvoir lire dans les pensées d’Alexis (car ainsi il peut le retrouver). Le seul problème c’est que (pour moi qui lit un peu trop de mangas) l’enlèvement c’est quand même un coup classique (notamment en shonen ai et yaoi) pour permettre au couple de se retrouver ensuite dans une ambiance « protectrice » où tout le monde a envie de faire des câlins et plus à son partenaire… (ok là après, Alexis se retrouve amorphe dans son lit mais bon…) Bon tout ça pour dire, une fois ça va, deux fois ça passe…
Et enfin (parce que jamais deux sans trois – mais on peut éviter de vérifier cette loi avec l’enlèvement hein !) je trouve que c’est intéressant de créer différentes « sortes » de vampires, avec chacune leurs avantages et leurs inconvénients, mais Lan est déjà super puissant, alors si Alexis s’y met aussi… (je trouve ça un peu lassant, quand c’est toujours les héros principaux qui récupèrent les pouvoirs « cooools »).



En bref : A LIRE ! Surtout si vous avez aimé le premier ! Je suis absolument ravie d’avoir commencer mon blog avec cette série :3 On a tous hâte de lire le tome 3, parce que la fin de ce livre est juste... TROP FRUSTRANTE ! (ce qui est bien - les lecteurs aiment-ils souffrir ? Nous disserterons peut-être du sujet un jour !)



et on rappelle le FB de l'auteur